Historique des recherches

Été 2000 : Mme Yvonne Jollien, historienne locale et habitante du village actuel de Fang, décide faire sortir ce site de l’anonymat et rachète avec son mari Georges deux parcelles de 1037 m2 sur lesquelles quelques murs sont perceptibles sous la végétation abondante.

 

Automne 2000 : Yvonne et Georges Jollien commencent un gros travail de débroussaillage et mettent peu à peu au jour des édifices entiers.

 

Juin 2001 : Yvonne Jollien  fait appel à l’archéologie cantonale du Valais et l’archéologue cantonal en fonction, M. François Wiblé, se rend sur les lieux. Malgré le fort engouement des autorités cantonales et celui des scientifiques, au nombre desquels il convient de citer le Prof. Werner Meyer, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Bâle, aucune recherche n’est entreprise faute de ressources financières.

 

Avril/mai 2013 : M. Cédric Cramatte, chargé de recherches à l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’université de Lausanne, entend parler de ce site d’exception et rencontre Yvonne Jollien le 25 mai 2013. À cette occasion, elle lui fait visiter le site médiéval.

 

19 juin 2013 : Cédric Cramatte rédige un petit rapport faisant part de son intention d’entreprendre des recherches sur le site en association avec l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’Université de Lausanne. En accord avec l’archéologie cantonale, il est préconisé d’effectuer en premier lieu un relevé topographique des vestiges visibles sur la parcelle. Il semble dès lors nécessaire d’entreprendre un dégagement superficiel pour délimiter au mieux l’emprise des bâtiments visibles.

 

12 au 23 mai 2014 : Une première intervention archéologique est entreprise, dirigée par le responsable du projet, Cédric Cramatte, ainsi que par deux étudiants en Master de l’Université de Lausanne, Mattia Gillioz et Louise Rubeli. Cette première recherche de terrain implique une quinzaine d’étudiants des universités de Lausanne et de Neuchâtel. Un dégagement n’excédant pas 15 cm de profondeur et une évacuation très prudente des pierres effondrées permet d’identifier 12 bâtiments distincts.

 

28 au 1er août  2014 : Une seconde intervention est menée afin d’évaluer le potentiel de ce site et de fournir de premiers éléments de datation.Trois sondages profonds sont conduits dans deux bâtiments bien distincts (B8 et B14). Cette fouille très restreinte a pour objectif d’analyser les dernières couches d’occupation visibles dans cette partie du site et de prélever des échantillons d’os ou de charbon en vue de datation au carbone-14.

 

Automne 2014 : Un premier plan des vestiges mis au jour durant les campagnes de fouille est réalisé par les responsables scientifiques du projet.

 

Janvier 2015 : Les premiers résultats des datations au carbone-14 parviennent aux archéologues. Les échantillons envoyés permettent de dater les dernières occupations du site entre le 15e siècle et la première moitié du 16e siècle.

 

Mai 2015 : Parution d’un rapport préliminaire des recherches archéologiques à Fang destiné au grand public.

 

Juin 2015 : Parution d’un premier article scientifique sur le village médiéval de Fang dans les Zeitschrifte des Schweizerischen Burgenvereins.

 

5 septembre 2015 : Création de l’Association pour la recherche archéologique dans le Val d’Anniviers (ARAVA).

 

Juin 2015 – été 2016 : Étude du mobilier archéologique et du bâti en vue du rapport scientifique.